14 septembre 2017 FIL ROUGE

Industrie de la mode et responsabilités éthiques

PEOPLE TREE, UNE PIONNIÈRE DE LA MODE ÉTHIQUE

C’est à la Gaité Lyrique que s’est déroulé le Fashion Tech Festival pendant cet été à Paris, seulement quelques jours avant la Fashion Week de la Haute Couture. Les acteurs les plus notoires de l’ industrie de la mode se sont concertés pendant une semaine lors de ce festival. Des chercheurs, des stylistes et des experts dans le domaine de la mode se sont rencontrés pour faire le point sur les perspectives d’évolution de la mode relativement au développement de nouvelles technologies ainsi qu’au renouvellement de nos modes de vie et de nos mœurs et nos mentalités.

Fashion Tech Festival

Parmi les nombreux sujets abordés, les participants à cet évènement ont particulièrement insisté sur l’importance de la transparence dans l’ industrie de la mode. Les consommateurs sont de plus en plus exigeant à propos de la transparence sur l’origine et la manière dont le prêt-à-porter est produit car leur sensibilité éthique est désormais plus aiguisée.

Cet accroissement de la sensibilité éthique du consommateur s’explique en partie par la grande émotion provoquée par la survenue d’évènements tragiques qui ont été relatés par la presse internationale tels que l’effondrement en 2013 d’un immeuble, le Rana Plaza, situé à Dacca, au Bengladesh dans lequel se trouvaient des ateliers de confection textile.

Les acteurs de la mode et du textile sont devenus dès lors beaucoup plus attentifs à leur responsabilité éthique. L’Oréal va même jusqu’à déclarer que le comportement éthique d’une entreprise possède autant d’importance que la qualité de ses produits ou bien que sa performance économique. Pour l’Oréal, les principes de l’ industrie de la mode et du textiles doivent être l’intégrité, le respect, le courage et la transparence.

Les grandes marques de la mode envisagent à présent de faire preuve d’un comportement éthique et d’une transparence exemplaires. C’est le cas du groupe LVMH qui comprend de nombreuses sociétés telles que Dior, Kenzo, Céline, Marc Jacobs, Vuitton, Chaumet, Bulgari, etc… et qui a créé une unité chargée de gérer les effets négatifs que les activités industrielles du groupe pourraient induire sur l’environnement. En 2015, LVMH a aussi créé un fond carbone qui a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le groupe Kering s’est impliqué dans le développement durable et a entrepris de diminuer la pollution de son industrie textile, ce qui permet par conséquent à ses fournisseurs de s’engager dans le programme « Clean by Design » selon lequel une entreprise qui suit ce programme peut espérer économiser à peu près 25% de sa consommation d’eau et 30% de combustibles, ce qui représente à la fois pour elle et pour l’environnement un intérêt évident.

Gucci, qui appartient au groupe Kering, s’est impliqué à son tour dans la création de produits écologiques, comme par exemple  des lunettes de soleil réalisées en utilisant des fibres de bois qui proviennent de forêts exploitées selon les normes de la durabilité.

Industrie de la mode : Le luxe vegan

Certains créateurs de la haute couture font preuve d’exemplarité dans leur engagement écologique. C’est notamment le cas de Stella Mc Cartney reconnue pour son mode de vie végétarien. Cette styliste s’est lancée en effet dans la promotion du luxe sans textiles d’origine animale. Elle propose des chaussures munies de semelles bio dégradables ainsi que des sacs solidaires confectionnés au Kenya dans le respect des exigences éthiques.

Lire également : LA PREMIÈRE BOUTIQUE VEGAN OUVRIRA BIENTÔT À PARIS

Stella Mc Cartney a élaboré la collection Green Carpet pour montrer qu’il est tout à fait possible de créer une ligne de vêtements élégants et luxueux tout en ayant un impact négatif extrêmement faible sur l’environnement.

C’est ainsi qu’ont vu le jour des marques qui offrent une entière transparence au consommateur comme par exemple Honest By qui propose une ligne de vêtements dont la traçabilité est vraiment détaillée, Reformation qui confectionne des vêtements en utilisant seulement les chutes de tissu et Outerknown dont toute l’activité de production est en lien avec la Fair Labor Association qui veille au respect des conditions de travail éthique dans de nombreuses usines.

Il est intéressant de noter qu’aussi dans le secteur de la fast fashion, des entreprises comme H&M ont développé une collection responsable dont la dénomination est « Conscious Exclusive ».

Une actrice célèbre comme Emma Watson, au moment de la promotion de La Belle et La bête produit par Disney s’est montrée systématiquement sur les réseaux sociaux à ses fans en portant des vêtements affublés du label Eco Age. Ce label prévaut comme une excellente garantie pour la traçabilité des produits, pour leur recyclage ainsi que pour la réduction des polluants.

Dans cet effort de production éthique et écologique, un axe de recherche sur l’élaboration de matières textiles nouvelles s’est développé afin de répondre à la demande de transparence de la part des consommateurs qui sont de plus en plus responsables dans le choix de leur consommation.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :