Masques réutilisables ou masques jetables ?

Dans le cadre des mesures sanitaires relatives à la pandémie du Covid-19, le gouvernement a imposé le port du masque de protection respiratoire. Suite à cette obligation, le grand public a dû réagir rapidement pour se procurer des masques. Le grand public s’est donc précipité en priorité sur les masques qui étaient le plus facilement disponibles, c’est-à-dire les masques jetables. Comme la demande de masques n’a cessé d’augmenter, l’offre de masques s’est elle aussi démultipliée et diversifiée pour y répondre. C’est ainsi que des masques réutilisables sont apparus sur le marché. Le public est désormais confronté à l’impératif d’un choix. Faut-il choisir un masque réutilisable ou bien un masque jetable ?

  1. Les masques réutilisables sont plus économiques que les masques jetables

Lorsque l’on compare le prix des masques réutilisables avec le prix des masques jetables à l’unité il semble que sous cet aspect les masques jetables soient moins chers. Le prix d’un masque jetable est d’environ 1 euro. L’on pourrait alors donner sa préférence à l’achat des masques jetables (1).

Les masques jetables apparaissent moins chers à court terme

La plupart des consommateurs ont par conséquent opté pour l’achat de masques jetables en début de crise sanitaire. Tous pensaient que la durée de la crise sanitaire n’excéderait pas plus que quelques semaines. Selon cette estimation à court terme, il était cohérent de se procurer les masques qui sont apparemment les moins chers, c’est-à-dire les masques jetables.

Cependant, il faut bien admettre que la crise sanitaire tend à se prolonger durablement. Il est donc nécessaire de se situer dans une estimation à long terme. Il faudrait dès à présent envisager une comparaison plus fine entre le coût des masques réutilisables et le coût des masques jetables.

 L’usage recommandé du masque jetable est un usage à haut débit

D’après les recommandations de l’Association Française de normalisation (AFNOR), il est recommandé de porter le même masque de protection pendant 4 heures au maximum (2). Cela implique que chaque porteur doit utiliser 2 à 3 masques par jour. S’il s’agit de masques jetables, donc de masques que l’on ne peut utiliser qu’une seule fois, cela signifie qu’il faut dépenser 3 euros par jour. Dans un mois, le porteur aura dépensé 30 fois 3 euros, c’est-à-dire 90 euros pour ses masques jetables.

   L’usage des masques réutilisable est un usage à faible débit

Concernant les prix d’un masque réutilisable, ses prix sont assez variés. Pour les  prix les plus bas, on peut trouver des masques réutilisables aux environs de 2 euros. On dira que c’est le double du prix d’un masque jetable. Mais en réalité, on peut réutiliser ce masque de nombreuses fois. Certains masques réutilisables peuvent être portés jusqu’à 50 fois. Le masque doit être lavé entre chaque port bien sûr. Tous les masques réutilisables sont des masques lavables.

  Les masques réutilisables sont en réalité moins chers

Un masque réutilisable porté 50 fois coûte 2 euros alors que l’utilisation du masque jetable pour 50 ports coûte 50 fois 1 euro, soit 50 euros! Il est donc évident qu’en réalité le masque réutilisable est beaucoup plus économique que le masque jetable. L’avantage économique du masque réutilisable pour le consommateur est d’autant plus important que le port du masque est prolongé sur le long terme.

  1. Les masques jetables ne sont pas écologiques

L’utilisation systématique et exclusive du masque jetable pourrait conduire à un niveau de pollution colossal (3).

Une quantité démesurée de masques jetables usagés

Si 50 millions de personnes utilisent 3 masques jetables chaque jour, cela représente 50 millions de fois 3 masques, ce qui est égal à 150 millions de masques.

Si 50 millions de personnes utilisent 3 masques jetables chaque jour pendant un mois, cela représente 50 millions de fois 3 masques multiplié par 30 jours, ce qui est égal à 4 500 millions de masques.

Si 50 millions de personnes utilisent 3 masques jetables chaque jour pendant 1 an, cela représente 50 millions de fois 3 masques multiplié par 365 jours, ce qui est égal à 54 milliards de masques !

Les masques jetables ne sont pas en papier mais en plastique

Rappelons encore que les masques jetables ne sont pas en papier mais qu’ils sont en polypropylène. Le polypropylène est un dérivé du plastique. Il provoque le même type de pollution que la pollution courante provoquée par tout type plastique.

De plus, cette pollution provoquée par les masques jetables s’ajoute à la pollution globale déjà existante. Car le polypropylène n’est pas biodégradable et il est difficilement recyclable.

En outre, beaucoup trop d’utilisateurs encombrés par leur masque jetable usagé s’en débarrassent n’importe où et n’importe comment sur la voie publique ou dans la nature.

L’usage des masques jetables amplifie le problème global de la pollution

Certaines communes ont pris de mesures coercitives pour dissuader les comportements négligents et irrespectueux de l’environnement. C’est notamment le cas de la commune de Marcq-en-Baroeul située au nord de Lille. La Mairie de cette commune a voté un arrêté pour verbaliser de 68 euros tout individu qui jetterait son masque sur la voie publique.

On se souviendra des plages de Hong Kong parsemées d’innombrables masques jetables. Cette pollution au polypropylène devient une menace certaine pour l’écosystème des îles situées dans les abords de Hong Kong (1).

Une prise de conscience écologique conduirait à délaisser l’usage du masque jetable

Certains disent que la solution au problème de pollution des masques jetables réside dans une prise de conscience écologique. Une telle prise de conscience ne manquerait pas en effet d’inciter à des comportements beaucoup plus respectueux de l’environnement. Les porteurs de masques jetables seraient ainsi naturellement enclins à se débarrasser de leurs masques usagés de manière appropriée dans des sacs prévus à cet effet.

Mais si une prise de conscience écologique doit se produire, elle dissuadera en réalité les porteurs de masques d’utiliser des masques jetables. Ainsi, au lieu d’être résolu, le problème serait évité.

  1. Les masques réutilisables sont écologiques

Une prise de conscience écologique orientera nécessairement les porteurs de masques vers l’utilisation de masques réutilisables.

L’utilisation systématique et exclusive du masque réutilisable permettrait de réduire considérablement le niveau de pollution plastique et même le niveau de pollution global.

Une quantité modérée de masques réutilisables usagés

Si une personne porte des masques qui sont réutilisables 50 fois à raison de 3 ports par jour, elle pourra porter ce masque perdant 16 jours. Sur la durée d’un mois, elle aura besoin de 2 masques réutilisables.

Si 50 millions de personnes portent des masques réutilisables 50 fois à raison de 3 ports par jour, elles pourront chacune porter leur masque pendant 16 jours. Elles auront utilisé en tout 50 millions de masques. Sur la durée d’un mois, elles auront besoin de 2 fois 50 millions de masques, soit 100 millions de masques.

Sur l’année, elles auront besoin de 12 fois 100 millions de masques, soit 1 milliard 200 millions de masques réutilisables. Ce nombre peut paraître encore élevé si on le prend dans l’absolu mais si on le compare aux 54 milliards de masque jetables, ce nombre semble bien peu.

Les masques réutilisables ne sont pas en plastique mais en tissu

Il faut aussi prendre en compte que les masques réutilisables sont en tissu. Ils ne sont pas en polypropylène. Certes, le tissu n’est pas biodégradable non plus mais il est plus facilement recyclable que le plastique (4). De plus, si le choix d’un masque réutilisable est motivé par une prise de conscience écologique, on peut espérer qu’après avoir porté leur masque 50 fois les porteurs ne jetteront pas leur masque usagé n’importe où.

Mais si l’on s’en tient malgré tout à un scénario plutôt négatif, même si une prise de conscience écologique tardait à advenir, la pollution causée par les masques réutilisables resterait toutefois largement inférieure à la pollution causée par les masques jetables.

Afin de participer à une prise de conscience écologique pour lutter contre la pollution occasionnée par les masques jetables, FIL ROUGE conçoit et confectionne des masques en tissu labellisés par l’Etat. Ces  masques sont lavables et peuvent être portés plusieurs fois. Ils possèdent un niveau de respirabilité et un niveau de filtrage accrus. Ces masques sont agréables à porter. Ces masques sont accessibles à tout public. Vous pouvez vous procurer ces masques auprès de votre façonnier FIL ROUGE.

(1) Cf. le texte « Les masques réutilisables, une solution plus écologique contre le Covid-19 ».

(2) Cf. le texte « Je fais mon masque barrière » sur le site d’AFNOR.

(3)  Cf. le texte « Masques jetables et pollution » sur le site de Fil Rouge.

(4)  Cf. le texte « Les masques en tissu sont-ils écologiques ? » sur le site de Fil Rouge.

demandez
un devis

Pour toutes informations complémentaires ou pour effectuer un devis, n’hésitez pas à nous contacter.

lun - ven / 8h30 - 17h00

268 avenue de la Capelette
13010 Marseille

268 avenue de la Capelette
13010 Marseille

Fabrication de vêtements

Tous les services indispensables à une confection textile éco-responsable made in France

Produits finis

Notre catalogue de produits textiles à personnaliser à votre marque ou pour vos opérations événementielles

Fichier 1

Créateurs de mode

Confiez-nous vos créations

picto-pro-habillement

Industriels de la mode

Développez vos collections

Fichier 3@0.5x

Entreprises & collectivités

Des vêtements made in France pour votre communication

Unique à Marseille !
Fil Rouge crée sa boutique-atelier
aux Terrasses du Port
En savoir +