Les marques de vêtements adoptent une démarche marketing dans la confidentialité

4 décembre 2017
Posted in Marketing
4 décembre 2017 FIL ROUGE

Les marques de vêtements adoptent une démarche marketing dans la confidentialité

Le développement des moyens de communication digitaux permet aujourd’hui aux marques de vêtements de véhiculer et promouvoir leur image aux quatre coins du monde avec facilité et rapidité. Cependant, cette image doit conserver et présenter sa cohérence, ce qui s’avère parfois compromis à cause des moyens de communication qui sont multiples, d’autant plus que les marques de vêtement s’engagent souvent dans des campagnes marketing massives pour lesquelles elles communiquent énormément afin de s’imposer face à des concurrents.

Cette situation conduit les marques devant un risque important de perte d’identité si bien qu’elles éprouvent le besoin de recentrer leur image en permanence. Pour obtenir ce service de recentrage, les marques de vêtement font appel aux bureaux de style. Recentrer une image marketing exige de produire un contenu qui soit ciblé et efficace.

Les bureaux de style proposent désormais des services qui dépassent le monde de la mode

L’agence Mafia, qui est un bureau de style qui fut créé dans les années 1970, travaille tout à fait dans ce sens avec ses clients parmi lesquels figurent des marques de luxe. Elle propose à ses clients un service monitoring basé sur l’observation de l’activité des concurrents. Les outils d’analyse actuels possèdent un spectre d’appréhension beaucoup plus large que les outils précédents, ils permettent d’intégrer un grand nombre de variables dont le champ dépasse même celui de la mode afin de mieux décrire et de cerner le plus possible toute l’activité des concurrents.

L’agence Mafia s’adresse à des marques haut de gamme mais aussi à des marques de gamme moyenne. Lise Chauveau qui est directrice de développement de l’agence Mafia considère que les marques haut de gamme et les marques de gamme moyenne peuvent s’apporter un enrichissement mutuel dans l’élaboration de leurs stratégies marketing respectives.

C’est l’agence Mafia qui a structuré l’image de Eres et qui a géré ses campagnes publicitaires ainsi que son branding et sa communication. Mafia a aussi travaillé pour des clients qui ne sont pas des marques de vêtements, tels que Juliette Has a Gun qui est une marque de parfum de niche qu’elle a assisté pour la mise au point d’une stratégie marketing pour une nouvelle flagrance.

D’autres bureaux de style comme Nelly Rodi s’adressent aussi à des clients qui ne sont pas des marques de vêtements dont Diptyque, BHV, les grands magasins Printemps, LVMH et l’Aéroport de Paris.

Cette clientèle diversifiée permet aux bureaux de style d’accroitre leurs compétences dans le domaine du marketing en les incitant à concevoir des images décloisonnées pouvant toucher un ensemble élargi de cibles.

Face à cette vision globale, une attention grandissante des marques de vêtements pour les clauses de confidentialité

Cette recherche d’une vision plus globale est tout à fait en phase avec les attentes des marques de vêtement qui aspirent à une dimension internationale. Comme le remarque Pascal Monfort qui est le créateur du bureau de style REC qui est une agence spécialisé dans l’identification des tendances de la mode, des marques telles qu’Adidas, Issey Myake ou le club de foot de Paris St Germain désirent toutes avoir une influence sur un nombre maximal de consommateurs. Leurs attentes au niveau du marketing et au niveau de la communication en général sont des attentes qui se situent au niveau international.

Si les besoins de marketing et de communication de leur image est toujours plus impérieux pour les marques de vêtements, elles ne font pas preuve de transparence au sujet du fait qu’elles demandent ce type de services auprès de prestataires externes, en l’occurrence les bureaux de style. Diffuser ce genre d’information serait peut-être perçu comme un aveu de faiblesse de leur part et comme une dépossession de leur image et de leur identité, ce qui serait dévalorisant et diminuerait la confiance que leur clientèle leur accorde.

Pascal Monfort évoque à ce sujet l’attention grandissante que les marques portent aux clauses de confidentialité dans les contrats qu’elles signent avec son agence. Il se souvient qu’autrefois ces clauses de confidentialité étaient seulement orales alors qu’elles sont maintenant écrites sur plusieurs pages.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :