fbpx

la mode et la politique entretiennent des liens variables

10 janvier 2018
Posted in Economie
10 janvier 2018 FIL ROUGE

la mode et la politique entretiennent des liens variables

La mode et la politique entretiennent des liens variables. Si ces liens sont parfois relâchés, ils sont aussi d’autrefois resserrés.

Des liens relâchés entre la mode et la politique

On peut considérer la mode de plusieurs points de vue. Si l’on regarde par exemple la mode comme un art, la mode et la politique entretiendront alors des liens très relâchés. S’il est vrai que les créateurs de mode sont des artistes, ils ne sont pas que cela non plus. Ils sont aussi et souvent même avant tout des hommes d’affaires. Lors du bilan comptable et financier, le créateur de mode s’intéresse essentiellement à son résultat. A ce moment-là, l’idéologie politique est entièrement mise de côté.

C’est pourquoi, selon Karl Lagerfeld, la mode et la politique n’entretiennent pas de lien. Le célèbre couturier a en effet déclaré au Wall Street Journal que le sens du style d’Angela Merkel pouvait être horrible mais qu’après tout elle ne travaillait pas dans la mode. Si les hommes politiques ne sont pas des créateurs, l’inverse aussi est vrai. Les créateurs ne sont ni des militants ni des hommes politiques.

Des liens resserrés

Toutefois, cela ne signifie pas non plus que les créateurs n’ont aucune implication dans la politique. En effet, il se pourrait tout à fait qu’une certaine communication sur des sujets politiques puisse augmenter les ventes. Dans ce cas, il n’y a pas à hésiter longtemps pour lancer certaines déclarations sur des sujets politiques
On se souviendra sur ce point que Christoper Kane, Vivienne Westwood et Christopher Bailey s’étaient ouvertement opposés au brexit. On peut penser que leur véritable préoccupation était sans doute beaucoup plus financière que politique. Christopher Kane dont l’entreprise est située à Londres avait déclaré au New York Times que « Toutes ces couturières incroyables d’Italie, de toute l’Europe en réalité, qui ont travaillé pour nous pendant cinq ans … Combien cela nous coûterait-il d’organiser des visas pour tous ? ».

A cet égard, on pourrait encore penser que l’essor important de la mode pudique ne consiste pas à promouvoir l’intégration religieuse. Cet essor est plutôt la conséquence d’un effort marketing pour s’imposer sur le marché de la mode. La mode et la politique se rapprochent alors pour des raisons financières.

Des liens ambigus

Il est intéressant de prendre connaissance du résultat des recherches conduites par le consultant Dinar Standard. Car ces recherches montrent que le marché de la mode musulmane était évalué en 2014 aux alentours de 203 milliards de dollars. Alors qu’en 2020, ce même marché est estimé aux alentours de 327 milliards de dollars. Ce serait donc plutôt l’appât du gain qui motiverait l’essor de la mode pudique.
Cette recherche de l’intérêt peut même avoir pour conséquence de provoquer parfois certains revirements. Ces revirements peuvent aller jusqu’à conduire leurs auteurs carrément dans la contradiction. Ce fut précisément le cas de Karl Lagerfeld qui annonce d’une part que la mode est séparée de la politique mais qui, d’autre part organise un défilé Chanel pour l’automne-hiver 2015 qui simule une marche féministe contestataire.

Bien entendu, l’auteur du défilé a justifié la présentation de cet évènement par des arguments idéologiques. Il a affirmé qu’il voulait « montrer le féminisme d’une manière légère et pas lourde ou agressive ». Les médias ont même abondé dans son sens en saluant le message positif transmis par ce défilé.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :