La métallisation des textiles suscite un vif intérêt pour la recherche

La métallisation des textiles devient un thème de recherche dont l’intérêt est croissant pour de nombreux centres de recherche dans le monde.

La métallisation des textiles : un axe de recherche orienté

Ce sont plus précisément les thèmes de recherche sur la métallisation des textiles électronique et instrumentés qui retiennent l’attention des centres de recherche. C’est notamment le cas pour l’Université Polytechnique de Hong Kong. En effet, une équipe de recherche de cette université travaille sur des fils de coton métallisés. Cette équipe a étudié les potentialités et les propriétés des tissus confectionnés à partir de fils de coton métallisés.

Une recherche appliquée

Cette équipe de l’Université Polytechnique de Hong Kong a par la suite développé un procédé de métallisation du coton. Ce procédé pourrait aussi être utilisé pour une métallisation des textiles autres que le coton. Ce procédé se présente en plusieurs étapes.

L’aspect statique du procédé

Il faut dans un premier temps recouvrir les fibres de coton par une couche de silane. Il faudra ensuite dans un second temps ajouter une couche de chaînes macromoléculaires obtenues par polymérisation radicaire. La polymérisation radicaire est une préparation chimique qui contient des molécules instables. Ces molécules instables pourront être mises à contribution dans l’étape suivante pour fixer d’autres molécules.

L’aspect dynamique du procédé

Enfin, dans un troisième temps, on pourra métalliser cette préparation chimique au moyen d’un dépôt auto catalytique. Un dépôt auto catalytique est un dépôt de molécules qui sont arrachées d’un support par catalyse et qui sont orientés et projetés sur une matière. Le dépôt de molécules utilisées ici est un dépôt de molécules métalliques. La matière envisagée ici est la préparation chimique. Comme la préparation chimique contient des molécules instables, celle-ci attireront et retiendront les molécules métalliques pour se stabiliser. Les fibres de coton seront alors métallisées.
Les fibres de coton ont été métallisées avec du cuivre. Ceci dit, on peut aussi réaliser la métallisation des textiles en utilisant du nickel, de l’argent ou de l’or.

Des textiles qui ne sont pas altérés

La métallisation des textiles ne diminue en rien la capacité des textiles concernés à supporter divers traitements conventionnels. Les fibres de coton métallisées supportent aisément les impressions au cadre, les techniques d’ennoblissement et les teintures.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

 

La métallisation du textile est un procédé en plein essor pourvu de nombreuses perspectives

La métallisation du textile intéresse les centres de recherches. Le textile métallisé est enrichi de propriétés nouvelles permettant des applications variées.

Un intérêt qui conduit à des investissements

L’Institut Français du Textile et de l’Habillement éprouve un grand intérêt pour la métallisation du textile. il est vrai que la métallisation du textile devient un thème récurrent dans les projets de recherche et développement. L’Institut Français du Textile et de l’Habillement s’est approprié un système de métallisation très performant. Ce système, qui a été installé sur l’un des plateaux technique de l’Institut, est une machine à métallisation PVD basse pression.

La métallisation du textile, un procédé de haute technologie

Le processus de métallisation du textile se déroule sous vide relatif, à l’intérieur de la machine. Ce vide est relatif car l’air atmosphérique a seulement été raréfié dans cette partie de la machine. On dépose une plaque de métal dans cette zone à vide relatif de la machine. On charge la plaque de métal en électricité jusqu’à ce que cette charge diffère de la charge électrique ambiante au-delà d’un certain seuil. Sous l’effet de la différence de potentiel électrique, l’air atmosphérique raréfié se transforme en plasma.

Quelques précisions supplémentaires

Le plasma est un état instable. Les particules de l’air atmosphérique sont altérées lorsque l’air est dans cet état de plasma. Afin de récupérer leur état initial qui est un état stable, les particules d’air seront attirées par la plaque de métal. Ceci parce que la plaque de métal possède les éléments qui font maintenant défaut aux particules d’air altérées. Les particules d’air vont alors se précipiter sur la plaque de métal. Durant cette collision, des particules métalliques de la plaque de métal seront arrachées. Ces particules de métal se condenseront alors sur le substrat textile. C’est ainsi que le textile deviendra un textile métallisé.

Un procédé d’une grande finesse

Ce processus de pulvérisation cathodique magnétron permet le dépôt d’une couche métallique extrêmement mince sur une surface souple. Cette surface pourrait être du papier, du film polymère, etc… ou encore du textile, comme c’est le cas ici. Cette couche de métal est très fine, elle est de l’ordre de grandeur du micron, voire du nanomètre.

Un procédé très écologique

La pulvérisation cathodique magnétron est un procédé tout à fait écologique. En effet, ce procédé n’utilise pas d’eau dans ces réactions chimiques. De la sorte, il ne pollue pas l’eau. L’eau qui est utilisée permet seulement de refroidir le système, elle n’est en contact avec aucun agent chimique. L’eau reste donc propre après cette utilisation.
Il n’y a pas non plus de traitement thermique qui pourrait dégager du gaz polluant dans l’atmosphère. Peu de produits chimiques sont utilisés dans cette opération.

Un procédé sous contrôle

Les propriétés des couches métalliques déposées sur le textile sont complètement contrôlées. La composition, l’homogénéité, l’épaisseur et la nature des couches métalliques sont aussi tout à fait contrôlées de manière précise. Les propriétés intrinsèques du textile telles que la respirabilité, la souplesse et la douceur ne sont pas altérées.

Des propriétés nombreuses et variées

Quant aux propriétés recherchées dans la métallisation du textile, elles sont nombreuses et variées. Le développement de ces propriétés dépend aussi de la nature du textile envisagé. Ces propriétés vont de l’anti corrosion, en passant par l’anti abrasion, l’anti statique, la conductivité, la protection contre les UV et contre le magnétisme, le confort thermique, la bio compatibilité, l’élimination des bactéries jusqu’à la brillance et la décoration.

Une recherche coordonnée par des projets

L’Institut Français du textile et de l’Habillement utilise ce système de métallisation du textile en lien avec deux projets de recherche et développement.
Le premier projet est coordonné par l’Institut des Sciences des Matériaux de Mulhouse. Ce projet dénommé MeTex est un projet qui vise à la fabrication de revêtements métalliques. Il s’agit d’élaborer des revêtements métalliques qui conservent leurs propriétés de conduction de l’électricité et de réfléchissement de la lumière lorsqu’ils sont insérés dans des textiles.
Le second projet est lancé par l’Institut Carnot MiCa. Ce projet est intitulé METAL2PRO. Il de déroule en collaboration avec IS2M.

Des applications commerciales

La technologie de pulvérisation cathodique magnétron est exploitée commercialement par l’entreprise anglaise Farotex Limited. Au moyen de ce procédé de métallisation textile, cette société produit des revêtements textiles très résistants, fonctionnels et homogènes.
Cette société propose à ses clients de la soie métallisée avec de l’aluminium ou bien avec du nitrure de tritium. Elle propose aussi du polyester métallisé avec du nitrure de tritium ou avec du dioxyde de titane. La société Farotex Limited propose encore depuis le mois de juillet toute une gamme de textiles et de cuirs dorés à 24 carats.
Cette gamme de textiles ou de cuirs sont nettoyables à sec ou bien lavables. Ces produits peuvent être utilisés pour la confection des vêtements ou bien dans le cadre de l’ameublement. Ils peuvent même être utilisés pour une décoration luxueuse de l’intérieur de l’habitat.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

Les textiles métallisés renforcent leur présence dans les vêtements

On rencontre actuellement des textiles métallisés dans une très grande variété de vêtements où ils sont intégrés.

Les deux groupes de textiles métallisés

On se souviendra que les textiles métallisés sont généralement classés en deux groupes.
Il y a d’abord les textiles métallisés par adjonction de composants métalliques en surface. Ces techniques qui produisent des textiles métallisés sont issues du packaging, de l’électronique, de la métallurgie ou de l’orfèvrerie. Des particules métalliques sont déposées sur le tissu. On obtient ainsi un tissu métallisé
Il y a ensuite les textiles métallisés par intégration de fils ou de films métalliques. Ces fils ou ces films sont intégrés à l’intérieur la structure du textile elle-même.

Les quatre techniques de métallisation des textiles

Il existe aujourd’hui 4 sortes de technologies qui traitent les métaux pour les incorporer aux textiles.

Les deux techniques réalisées sous vide

-La technique de Physical Vapor Deposition. Cette opération est réalisée sous vide. Elle consiste à déposer un métal sur un textile au moyen d’un adjuvant à l’état de plasma.
-La technique d’évaporation thermique. Cette technique consiste à vaporiser un métal à l’état fondu. Cette opération aussi est réalisée sous vide.

Les deux techniques réalisées avec immersion

-La technique de dépôt Electroless. C’est une technique de métallisation par voie liquide mais sans courant électrique. Ce n’est donc pas une électrolyse. On trempe le textile dans un bain contenant le métal à déposer. Ce procédé est un procédé autocatalytique. Pour cette technique, on utilise aussi un procédé de pulvérisation dynamique, le procédé du Jet Metal.
-La technique du dépôt électrolytique. Le métal est alors déposé sur un textile qui est conducteur d’électricité. L’opération est réalisée dans un bain à électrolyse dans lequel circule un courant électrique. Ce procédé est un procédé galvanoplastique.

Des textiles aux propriétés particulières

Ces procédés de métallisation permettent donc de créer des textiles métallisés qui possèderont des propriétés particulières. Les textiles métallisés pourront par exemple produire des effets décoratifs ou des effets thermo réfléchissants. Ces textiles métallisés possèderont des propriétés telles que des propriétés antibactériennes ou des propriétés antistatiques (électro isolantes). Ou bien au contraire, ces textiles possèderont des propriétés électroconductives ou encore des propriétés antimagnétiques.

L’intérêt des marques de mode pour les textiles métallisés

Les marques n’hésitent pas à exploiter les textiles métallisés pour réaliser des créations originales. C’est ainsi que la marque Maje a voulu proposer un design haute couture du célèbre vêtement imperméable K way. Cette marque parie qu’un look actualisé et métallisé de cet imperméable pourrait séduire des consommateurs. Une version gris métallisé du K way sera donc bientôt commercialisée.
Devant ce constat, des sociétés spécialisées dans la métallisation proposent des solutions techniques aux marques de mode. C’est le cas des sociétés Diatex, Vandenhove, Rexor et JetMetal qui sont très intéressées par ce créneau.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

Le textile métallisé devient un textile intélligent qui capte le mouvement

Le textile métallisé pénètre actuellement le champ des hautes technologies. Un institut de recherche a élaboré un textile intelligent qui peut capter les mouvements.

Un effort de recherche partagé

L’Institut Wyss qui est spécialisé dans l’ingénierie biologiquement inspirée et la John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences (SEAS) de l’Université de Harvard ont entrepris des recherches avancées sur le textile métallisé. Ces deux instituts ont ainsi réuni respectivement deux groupes de chercheurs qui ont alors fusionné pour constituer une équipe commune.

Un système ergonomique et performant

Cette équipe de chercheurs a mis au point un capteur capacitif. Rappelons d’abord qu’un capteur capacitif est un système qui détecte le mouvement. Ce capteur capacitif est très lisse et très doux afin de ne pas incommoder la personne sur laquelle il est installé. Ce système est créé avec du silicone et du tissu. En outre, ce capteur capacitif est discret et souple afin d’épouser les mouvements du corps avec aisance. Il serait de plus très sensible et il parviendrait ainsi à capter les mouvements du corps avec précision.

Le textile métallisé : une conception facile à réaliser

Le capteur capacitif est composé d’une mince feuille de silicone. Précisons que le silicone est un matériau non conducteur. La feuille de silicone est ensuite étalée entre deux tissus conducteurs recouverts d’argent plaqué. Précisons encore que l’argent plaqué est un matériau extrêmement conducteur.

Un mode d’emploi relativement simple

Ce capteur mesure le mouvement en évaluant la différence de potentiel électrique de deux électrodes. Concrètement, on peut placer une électrode sur chacun des deux muscles antagonistes d’un membre humain. Le capteur capacitif enregistrera alors la différence de potentiel de ces deux électrodes afin de mesurer le mouvement de ce membre.

Des applications médicales envisageables

Il est possible de mettre à contribution le capteur capacitif dans des systèmes d’assistance médicale. On pense ici par exemple à des exosquelettes qui pourraient faciliter la mobilité de personnes accidentée. En tant qu’élément constituant de ce capteur, le textile métallisé devient un textile intelligent.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

Une technique de métallisation textile de haute technologie

Une technique de métallisation textile de haute technologie a été développée par des chercheurs de l’Université de Dresde pour obtenir du tissu conducteur.

Une innovation technique

Cette technique de métallisation textile de haute technologie est pour l’heure en voie d’expérimentation. Les chercheurs allemands ont ainsi réalisé la métallisation de fils de para-aramides. Rappelons que les fils de para-aramides sont des fils de kevlar. Le kevlar, quant ’à lui, est un matériau souple qui offre une certaine résistance à la chaleur et à l’extension.

Les procédés de réalisation

Pour mettre au point cette technique de métallisation textile, les chercheurs allemands ont enroulé les fils de para-aramides sur une bobine de teinture de forme cylindrique. Ensuite, ils ont utilisé un procédé électrolytique en voie aqueuse pour imprégner les fils par des particules de métal. C’est-à-dire que les particules de métal ont été transférées sur les fils grâce à cette électrolyse.

Une technique de métallisation textile de haute technologie

Notons que le métal translaté était de l’argent. Notons encore que les particules d’argent se sont déposées sur les fils en constituant une couche micrométrique. De plus, cette couche de l’ordre du micromètre était d’épaisseur constante. Toutes ces indications attestent du niveau de précision de cette technique.

Une technique transposable

Selon les chercheurs, cette technique de métallisation textile serait transposable sur d’autres types de fibres. Il faudrait toutefois que ces fibres soient des fibres à haute performance. Ces fibres ainsi métallisées pourraient alors elles aussi devenir électriquement conductrices.

Quelques applications

Les tissus métallisés offrent deux qualités qui sont souvent incompatibles pour les tissus ordinaires. Les qualités dont il s’agit sont l’élasticité et la résistance. Ces tissus sont souvent utilisés pour confectionner des ceintures extensibles et des costumes de spectacles. Certains de ces tissus sont même employés dans le domaine médical pour la fabrications d’exosquelettes. En effet, leur capacité de conduction électrique permet de les impliquer dans des systèmes de détection du mouvement. Ces tissus jouent le rôle de capteurs électriques de la contraction des muscles.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

L’innovaton est une source de croissance pour l’industrie textile

L’Union des Industries Textiles a déclaré que l’innovation sera une source de croissance pour l’industrie textile.

Une croissance prévue et basée sur l’innovation

Pendant le premier trimestre 2017, l’industrie textile s’est maintenue dans la stabilité. L’Union des Industries Textiles prévoit une progression pour cette industrie dans les temps qui viennent. Cette progression s’appuiera sur l’innovation technique car celle-ci est toujours une source de croissance.

Une stabilité modulée par une légère hausse

Le président de l’Union des Industries Textiles, Yves Dubief, a apporté quelques précisions sur la situation de l’industrie textile française. Pendant le premier trimestre 2017, la stabilité de l’industrie textile française était tout de même modulée par une légère hausse. Cette légère hausse s’était traduite par une augmentation de 1% pour les exportations et par une augmentation de 2% pour les importations.

Les politiques d’innovation conduiront à une progression

Cette stabilité n’est donc pas une stagnation. La progression attendue globalement pour l’année 2017 pourrait être comprise entre 0% et 1%. Cette progression attendue s’explique par la mise en place des politiques en faveur de l’innovation. Ces politiques ont stimulé la prise de conscience et ont rappelé que l’innovation est une source de croissance.

Des projets en voie de réalisation qui stimuleront la croissance

L’existence de projets en cours de développement peut aussi expliquer l’anticipation de cette croissance. Ces projets sont en cours de développement. L’arrivée de ces projets sur le marché devrait être effective pour certains dans les mois qui viennent et pour d’autres dans les années qui viennent. Les résultats de ces projets seront visibles dans les bilans aux alentours de 2020.

Une industrie textile dotée d’une bonne résistance

Yves Dubief a aussi rappelé que l’industrie textile française avait montré sa solidité même lorsque la conjoncture économique était morose. En effet, l’industrie textile française a fait preuve d’une bonne résistance en 2016. Le chiffre d’affaire de ce secteur était tout de même de 13,2 milliards d’euros alors qu’il était de 13 milliards en 2015. De plus, les exportations avaient alors un peu progressé avec un chiffre de 8,8 milliards d’euros et les exportations demeuraient stables avec un chiffre de 16 milliards.

Une industrie orientée sur deux types de productions

Yves Dubief a encore rappelé que l’industrie textile en France était orientée pour une moitié sur la production des textiles techniques et pour une autre moitié sur la production de mode et de loisirs. On remarque que la production des textiles techniques est plus dynamique que la production de mode et de loisir.

L’innovation est une source de croissance

Ce dynamisme de la production des textiles techniques peut s’expliquer par le nombre important des innovations qui y sont réalisées. De plus, ce secteur entretient des relations commerciales étroites avec d’autres secteurs eux aussi très dynamiques. C’est notamment le cas du secteur de la santé, du bâtiment, de l’aéronautique et de l’automobile. Ces secteurs sont donc une source de croissance pour la production des textiles techniques.
L’Union des industries textiles pense qu’il faut encourager l’innovation et les exportations pour favoriser la croissance de l’industrie textile française. Une dizaine d’opérations de promotion internationales sont déjà programmées en Corée du Sud et en Egypte.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

Sweat hyper résistant : label Volleback

C’est le label Volleback qui est à l’origine du concept du sweat hyper résistant. D’après son concepteur, ce sweat devrait pouvoir durer 100 ans.

L’origine du concept

Ce concept d’un sweat hyper résistant a été trouvé un peu par hasard lors d’une simple conversation entre copains. La conversation avait pour objet le regret d’être contraint de se débarrasser des vêtements usés auxquels on s’était attaché. Il est certain qu’on ne peut continuer à porter un vêtement trop abîmé, même si on l’apprécie.

Solidité et longévité

C’est pourquoi à la fin de la conversation, l’idée de créer un vêtement hyper résistant fut retenue. Pour qu’un vêtement puisse durer le plus longtemps possible, il doit être très solide. Ce n’est pas vraiment le temps lui-même qui détruit les vêtements mais c’est surtout l’usage. L’usage provoque l’usure.

La description du sweat

Les mailles du tissu qui ont été retenues pour la confection du sweat sont des mailles kevlar. Les coutures sont d’une grande résistance. La fermeture éclair est assez courte afin d’être plus solide. Elle est protégée par une capsule en caoutchouc. Les cordons prévus pour fermer la capuche sont robustes comme des cordes. Le sweat est proposé selon deux couleurs au choix : la couleur jaune ou bien la couleur noir charbon. Le sweat est vendu au prix de 295$.

Un concept original

Le concept du sweat comporte une part d’originalité intéressante. Le sweat est conçu pour s’embellir au fil temps. La couleur du tissu devrait s’éclaircir en vieillissant mais sans se ternir. Cette mutation esthétique sera perçue comme une seconde vie pour le sweat.

L’influence de l’architecture sur le design textile

Cette idée d’un vêtement vieillissant mais résistant est issue d’une inspiration survenue en contemplant les œuvres de Le Corbusier. L’un des fondateurs de Volleback, Steve Tidball, qui est aussi architecte de formation, s’est intéressé à l’œuvre de Le Corbusier. Le Corbusier était un architecte réputé qui a réalisé le design urbain de la Cité Radieuse à Marseille.

Un sweat protecteur

Les habitants de la Cité Radieuse considèrent leur quartier comme une citadelle protectrice. L’aspect lourd et dur des bâtiments de cette cité produit un sentiment de sécurité pour ceux qui y résident. Steve Tidball voudrait que ses clients éprouvent le même sentiment de sécurité en portant son sweat hyper résistant.

Une portée écologique mitigée

Le concept du sweat hyper résistant s’inscrit dans la perspective de la slow fashion. Ce sweat est vraiment conçu pour résister et pour durer longtemps. Il constitue une excellente alternative à la fast fashion.
D’un certain point de vue, ce sweat a une portée écologique puisque son seul achat permet d’éviter l’achat de multiples vêtements similaires de moindre qualité qui termineront rapidement à la poubelle. Son achat contribue donc à limiter le nombre des déchets textiles.
D’un autre point de vue, ce sweat a une portée écologique plus restreinte. Dans la mesure où il est très résistant, le tissu de ce sweat pourrait s’avérer difficile à recycler.

Un choix marketing discutable

Son design basique et simple pourrait être un atout pour ce sweat. N’étant pas influencé par la mode, ce sweat n’est pas soumis à la durée éphémère de celle-ci. Il possède ainsi un caractère plutôt intemporel qui peut favoriser un achat permanent par les consommateurs.
Mais comme ce sweat n’est pas conçu dans l’idée de suivre la mode, ses ventes seront-elles suffisantes pour rentabiliser sa production ? De plus, son prix de 295$ est assez élevé et peut dissuader beaucoup de consommateurs.

Un atout économique à long terme

Cela dit, dans la mesure où ce sweat est hyper résistant, l’achat de celui-ci permet d’éviter par la suite de nombreux autres achats analogues et de réaliser finalement des économies conséquentes.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

 

Cabine d’essayage intelligente : un nouveau concept

Une innovation intéressante a récemment vu le jour en Belgique. L’enseigne JBC a développé le concept d’une cabine d’essayage intelligente. Deux magasins en Flandre sont actuellement équipés de ce type de cabine mais l’installation de celles-ci devrait aussi bientôt s’étendre rapidement jusqu’à Bruxelles et en Wallonie.

Ce type de cabine d’essayage propose aux clients des fonctionnalités numériques que l’on peut activer à l’aide d’un écran tactile à partir duquel on peut adresser certaines demandes.

L’enseigne JBC avait commencé à travailler sur le projet de la cabine d’essayage intelligente six mois auparavant. Cette innovation s’est développée en prenant en compte un certain nombre d’expérimentations. La responsable de réseau chez JBC, Lode van Laere, rappelle que pas moins de 80 clients répartis en 8 ateliers ont été consultés pour affiner le concept.

Dans notre travail d’élaboration du concept de ces cabines, il fallait déterminer les aspects sur lesquels la réflexion pouvait s’achever et les aspects sur lesquels elle devait se prolonger. Par exemple, les clients trouvaient regrettable de devoir sortir systématiquement des cabines d’essayage classiques à la recherche d’un autre vêtement, d’autant plus que dans la plupart des cas il s’agit seulement d’aller récupérer une taille différente ou bien une couleur différente du même vêtement.

La cabine d’essayage intelligente conçue pour répondre aux besoins du client

Les clients ont donc demandé un procédé leur permettant d’obtenir un vêtement sans être contraint de sortir des cabines d’essayage. Sortir de la cabine pour devoir ensuite y retourner représente une perte de temps pour un client, ce qui peut de plus l’inciter à laisser tomber l’article qui l’intéressait simplement parce qu’il n’a pas eu assez de temps pour trouver la taille ou la couleur qu’il souhaitait, ce qui représente aussi une perte de profit pour le magasin.

Il fallait donc prolonger la réflexion sur cet aspect afin que la cabine d’essayage intelligente puisse apporter plus de satisfaction aux clients sur ce point. Notons que pour l’instant seules les cabines réservées aux femmes sont des cabines d’essayage intelligentes.

La cabine d’essayage intelligente a été conçue pour répondre à trois types de demande :

1) La demande d’ajustement

La première demande consiste à contacter une vendeuse pour qu’elle apporte une taille différente, voire même plusieurs ou bien des couleurs différentes du même vêtement, selon les disponibilités dans le magasin. Concrètement, le client scanne le code barre de l’article sur l’écran. Une vendeuse sera ainsi contactée et elle apportera au client les articles qu’il a demandé.

2) La demande de conseils

La seconde demande consiste à appeler au moyen de l’interface numérique une vendeuse pour obtenir des conseils. Les clientes ont souvent besoin de recevoir des conseils sur le port de certains vêtements. En effet, selon les tendances de la mode, certains pantalons se portent plutôt serrés alors que certains chemisiers se porteraient plutôt larges. Sans bénéficier des conseils pertinents d’une vendeuse compétente, le client pourrait juger à tort le pantalon trop petit ou bien le chemisier trop large et demander inutilement une autre taille du même vêtement.

Il arrive aussi que les vendeuses prennent elle-même l’initiative de proposer aux clients d’autres modèles que ceux qu’il avaient d’abord choisis. C’est l’occasion pour la vendeuse de proposer des vêtements en promotion pour émousser les hésitations du client et l’inciter davantage à l’achat.

Les clients ont souvent besoin d’être rassurés sur le port d’un vêtement,  Ils veulent être certains qu’un vêtement leur va vraiment bien.

3) La demande de suggestions

La troisième demande consiste à obtenir par commande numérique des articles qui correspondent à son goût et à son style préféré. Pour bénéficier de ce service en cabine d’essayage intelligente, il faut posséder une carte client du magasin et avoir précédemment réalisé un certain nombre d’achats dans le magasin ou au moins dans d’autres magasins de la même enseigne.

Au lieu de demander par commande numérique des articles qui correspondent déjà à son style personnel, on peut au contraire demander au moyen de cette même commande des articles qui correspondent à la tendance du moment.

Selon l’enseigne JBC, les cabines d’essayage intelligente seraient quasiment au point, même si quelques petites défaillances peuvent tout de même parfois survenir.

L’enseigne JBC envisagerait éventuellement l’extension et l’installation des cabines d’essayage intelligentes dans tous ses autres magasins si les clients s’en trouvent satisfaits. Il faudrait bien sûr alors installer aussi ce type de cabine pour les clients et pas seulement pour les clientes.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

La firme Atacama élabore un nouveau tissu hyper absorbant

La firme textile Atacama située à San Francisco en Californie s’est particulièrement impliquée dans l’innovation de matières textiles inédites. Plus récemment, cette firme a développé une nouvelle fibre textile particulièrement adaptée pour les séances d’entrainement sportif puisque cette fibre possède la propriété de faciliter l’élimination de la sueur dans des proportions jamais atteintes jusqu’à présent.

Ce tissu, réalisé par un effort de recherche approfondi, possède un seuil de saturation par l’humidité qui reste limité lorsque le niveau d’humidité augmente. Ce qui signifie que si l’on transpire un peu ou bien énormément, le tissu n’en sera pas plus mouillé par la sueur. Le port d’un vêtement façonné dans cette matière textile reste très agréable pendant toute la durée d’un entraînement sportif.

Le secret de cette innovation textile : un travail sur les microfluides

Pour réaliser cette performance dans le domaine du textile, la société Atacama qui s’est d’ailleurs affublé du nom du désert le plus aride de la planète, le désert d’Atacama, a travaillé sur les microfluides. Cette société est en effet spécialisée dans la microfluidique. La microfluidique est la science qui s’intéresse au déplacement des liquides dans des canaux microscopiques. Il s’agit en fait d’une mécanique des fluides au niveau des phénomènes microscopiques.

Lorsque l’humidité provient de la transpiration, celle-ci est absorbée dans le tissu. Le tissu mis au point par la société Atacama est composé de canaux microscopique qui vont conduire l’humidité dans des circuits conçus pour éviter les phénomènes d’encombrement et d’agglomération des molécules et qui favorisent la fluidité de leur déplacement. Le niveau de saturation du vêtement par l’humidité demeurera ainsi limité quelle que soit la température extérieure et le niveau d’humidité de l’air ambiant. Le corps pourra donc se rafraîchir  plus facilement et les vêtements n’adhèreront pas trop à la peau. Le port d’un tel vêtement s’avère évidemment très confortable.

Lors de l’élaboration de ces nouveaux textiles, la Société Atacama a dû mener un effort de recherche assez poussé pour mettre en place des microcanaux réellement tridimensionnels et donc possédant un volume suffisant pour l’évacuation des molécules d’humidité mais qui puissent malgré tout s’insérer dans un tissu léger et de faible épaisseur. Le chalenge consistait ainsi à intégrer « de l’épais » dans « du fin ».

La société Atacama a procédé à une observation microscopique de la production des textiles en général pour pouvoir créer un tissu extrêmement absorbant. Une découverte intéressante fut de constater que le processus microscopique de création des textiles est similaire au processus de microfabrication des puces pour les ordinateurs. Forts des connaissances acquises dans cette observation, les techniciens de la société Atacama ont réussi à créer des canaux minuscules d’un diamètre d’environ 0,0001 mètre, soit 1/10*0,001  mètre, soit encore un dixième de millimètre.

Après que ce tissu comportant des canaux microscopiques a été réalisé, il est devenu possible d’observer le comportement des molécules d’humidité lorsqu’elles parcourent ces microcanaux. On a donc pu établir par conséquent des connaissances sur la dynamique des microfluides.

Des vêtements 12 fois plus secs grâce à ce tissu d’après la société Atacama

D’après la société Atacama, les vêtements façonnés en utilisant ce tissu extrêmement absorbant restent 12 fois moins humides, ou bien 12 fois plus secs si l’on préfère, que des vêtements façonnés à l’aide de tissus ordinaires. La société Atacama a effectué cette évaluation lors de séances d’entraînements intensifs de sportifs vêtus comparativement de tenues sportives innovantes développées par la firme et de tenues sportives conventionnelles.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

Cellules voltaïques : elles peuvent être intégrées dans du tissu

Des chercheurs japonais affirment avoir développé des cellules voltaïques extrêmement petites si bien qu’il est possible de les insérer dans le tissu des vêtements. De plus, ces cellules voltaïques continuent à fonctionner normalement après leur passage dans la machine à laver.

Cette équipe de chercheurs était dirigée par Kenjiro Fukuda qui est lui-même chercheur au Centre de Recherche scientifique Riken  pour le Développement des Sciences Emergentes (The Riken Center for Emergent Matter Science) et par Takao Someya qui est ingénieur en électricité et enseignant à l’Université de Tokyo.

Les travaux de recherche portant sur les batteries qui ont la taille de 3 micromètres (soit 0,000 001 mètre) pouvant conserver l’énergie apportée par ces cellules voltaïques ont été publiés le 18 septembre 2017 sur le site web de la revue scientifique anglaise intitulée Nature Energie.

Les batteries solaires ont été créées en enrobant un composant organique possédant des propriétés semi-conductrices sur une membrane polymère photovoltaïque.

L’effet photovoltaïque obtenu après deux expositions au soleil pouvait convertir les rayons solaires en électricité avec la même efficacité que n’importe quel autre type de batterie solaire ultra fine.

L’élasticité des cellules photovoltaïques et leur résistance à l’eau a été améliorée lorsque elles ont été encapsulées entre deux épaisseurs d’un ruban en caoutchouc transparent.

On peut noter que le fonctionnement des cellules n’est pas atténué même après qu’elles ont été lavées avec de la lessive.

Mr Fukuda affirme que l’on peut aussi insérer les batteries dans les vêtements afin d’alimenter en énergie des systèmes portatifs de surveillance médicale pour évaluer la tension artérielle et la température corporelle de manière continue dans le but de déceler au plus tôt la survenue de certaines pathologies.

Mr Fukuda ajoute encore que cette batterie pourrait être utilisée dans des smartphones de très petite taille et que ces smartphones pourraient être eux-mêmes cousus dans des vêtements.


Vous souhaitez lancer votre propre collection ?
Notre équipe sera ravie de vous accompagner !

Discutons de votre projet :

Lun-Ven : 9h00 → 17h00
Tél. : +33 (0)4 91 42 07 88

Ou demandez votre devis :

Restons en contact